• Loi Pinel – Plafond de ressources locataire 2022

    Plafond Pinel : calculer les loyers du dispositif

    Pour pouvoir bénéficier de la réduction d’impôts liée à la loi Pinel, les propriétaires doivent louer les logements Pinel à un certain seuil de revenu annuel imposé aux locataires. Alors, il existe des conditions de ressource pour un locataire 2022 qui sont référées au revenu de l’année N-2, soit l’année 2020 :

    • Pour une personne vivant seule, les revenus ne doivent pas dépasser de 38 377 € par an pour les zones A et A bis, de 31 280 € par an pour la zone B1 et de 28 152 € pour la zone B2 et le reste du territoire.

    • Pour un couple, les revenus devront au maximum de 57 357 € par an pour les zones A et A bis, de 41 772 € en zone B1, et de 37 594 € pour la zone B2 et la zone C.

    • Pour un couple avec 1 enfant à charge, les revenus ne doivent pas supérieurs à 75 188 € annuels en zone A bis, à 68 946 € pour la zone B1 et à 45 210 € pour la zone B2 et le reste du territoire

    Ainsi, les plafonds de ressource locataire 2022 varient en fonction des zones géographiques et aussi en fonction du nombre de personne à charge du locataire. Les zones géographiques sont les zones Pinel qui se divisent en deux catégories bien distinctes : les zones dites < tendues > (Zone A bis, A et B1) et les zones < défendues > (zone B2 et C) . Concernant les personnes à charge des locataires, ce sont les compositions du foyer du locataire.

    Comment calculer le plafond loyer Pinel ?

    Pour calculer le plafond loyer Pinel, 03 éléments sont pris en compte :

    • La surface habitable ;
    •  Le coefficient multiplicateur ;
    • Le plafond de loyer.

    Le premier élément pris en compte pour le calcul du plafond loyer Pinel : c’est en fonction de la surface du logement. Le calcul de cette surface se fait en soustrayant la superficie totale du logement, les portes, fenêtres, les escaliers, et aussi en enlevant les surfaces annexes comme les terrasses et les balcons dans cette superficie. On peut ensuite ressortir la surface utile du logement.

    Le deuxième élément est le coefficient multiplicateur en zone Pinel. Ce coefficient est fixé par la loi Pinel de 0,7 plus 19 sur surface utile.

    Le dernier élément, c’est la mise en évidence du plafond de loyer. Ce plafond varie en fonction de la zone Pinel où se trouve le logement :

    • Pour la zone A bis, le plafond mensuel du loyer est de 17,55 €/m² ;
    • Pour la zone A, c’est de 13,04 €/ m² par mois;
    • Et la zone B2, de 9,13 € /m² mensuellement.

    Il suffit maintenant que les propriétés appliquent la formule suivante pour le calcul du loyer Pinel : Surface utile × coefficient multiplicateur × Plafond du loyer.

    Les conditions de ressources pour un locataire en 2022

    Il existe des plafonds de ressources pour un locataire en 2022 à respecter sur le dispositif Pinel. Afin de bénéficier de la réduction d’impôt sur ce dispositif, des conditions sont imposées aux locataires à propos de ses revenus. Ainsi, le propriétaire est obligé de louer leurs biens à des locataires ayant des revenus qui respectent les conditions imposées par le fisc. Alors, il est donc primordial de regarder les revenus du locataire avant de signer le bail de location pour un logement Pinel. Ceci est utile pour éviter les risques de dépasser les seuils de ressources du locataire à travers la zone Pinel où se situe le logement.

    À partir du moment où les revenus des locataires sont sous le plafond de ressource qui varie en fonction de la zone Pinel, les conditions sont respectées.

    Le barème des plafonds de ressources des locataires change chaque année. Cependant, il n’évolue que quelques euros seulement.

    Ainsi, il existe de revenus de référence de N-2 pour l’année N. Alors pour les plafonds de ressources pour un locataire en 2022, le revenu de référence varie suivant la catégorie de ménages, tel que : une personne seule, un couple et un enfant à charge, un couple avec deux enfants à charge, etc.

    Comment analyser le plafond Pinel en colocation ?

    D’abord, une colocation est une location d’une même habitation à plusieurs locataires. Alors, il est un peu complexe d’analyser le plafond Pinel en colocation. Mais pourtant, la colocation présente de nombreux avantages en loi Pinel. De plus, ce mode de fonctionnement permet une parfaite aisance aux locataires puisqu’ils peuvent partager le loyer du logement et ainsi diminuer leurs frais.

    Ainsi, la colocation implique l’augmentation de la demande locative pour les grandes villes où l’offre est encore supérieure à la demande. Alors, la colocation aide davantage les investisseurs qui investissent dans des zones un peu tendues, telles que les zones B2 et C. C’est ainsi que la loi Pinel en colocation offre aux ménages les plus modestes de louer un logement en Pinel, donne aux investisseurs en Pinel de bénéficier d’une réduction d’impôt avantageuses.

    Alors, une colocation en Pinel a ses propres conditions spécifiques qui doivent être respectées pour bénéficier des avantages de ce dispositif.

    Pour analyser le plafond Pinel en colocation, il faut se baser sur des faits concrets : si deux étudiants souhaitent vivre en colocation, leur plafond de ressource additionnée est plus que pour un couple. Alors, le propriétaire en Pinel procurera des bénéfices plus importants dans cette colocation en Pinel que dans un simple investissement locatif en Pinel.

    On conclut alors, que chacun des colocataires possède son propre foyer fiscal soumis aux plafonds de ressource de la loi Pinel. Par ailleurs, les revenus d’un couple sont additionnés avant de soumettre aux plafonds de ressources du dispositif Pinel. Pour tout dire, le dispositif Pinel en colocation permet de louer un logement à plusieurs locataires, de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu, de trouver un logement éligible à prix abordables pour les ménages les plus modestes.

  • SCI – les avantages de ce statut immobilier

    SCI avantages et conditions

    SCI Société Civil Immobilier est un outil d’optimisation de gestion d’un bien immobilier dans le cadre d’une famille, au sein du conjoint ou bien dans un projet d’investissement locatif. Le fonctionnement de la SCI se base sur un certain nombre de critères : un bien immobilier apporté en SCIappartient à la société SCI mais non plus aux associés.

    Cependant , les associés reçoivent des parts à titre des droits sociaux sous forme de dividendes. De plus, la SCI est la forme juridique la plus adaptée pour gérer un patrimoine immobilier.

    Plusieurs personnes peuvent collaborer à une SCI, en apportant dans la société leurs apports respectifs que ce soit en nature ou en numéraire. Ceux-ci ont pour but de détenir les droits à des parts sociales de la SCI. Alors, les bénéfices et les pertes sont tous partagés aux associés. Pour être plus précis, les gains et les dettes sont tous divisés entre les associés.

    Une ou plusieurs personnes peuvent être représentées comme les gérants de la SCI, ils se chargeront de la prise de décisions de la gestion courante.

    Lors de la création d’une SCI, il n’est pas obligé d’effectuer une pub d’annonce dans le journal d’annonces légales. Cela allégera les coûts liés à la rédaction de la SCI.

    Quels sont les avantages fiscaux d’une SCI ?

    Une SCIreprésente de nombreux avantages sur le plan fiscal. Il permet d’obtenir les droits de succession ainsi que des revenus foncières transparents

    Les droits de succession sont le de transmission des parts des associés à ses enfants ou ses conjoints. Ainsi, la SCI est un outil de gestion de patrimoine de parent enfant ou de mari épouse.

    Concernant l’impôt sur le revenu, la SCI est considérée comme transparente. C’est-à-dire que les revenus fonciers détectés par la SCI sont partagés entre les associés, lesquels sont proportionnels à leurs apports. De ce fait, la transparence est imposée sur chaque associé pour ses revenus fonciers.

    SCI et la transmission du patrimoine

    La SCI est un excellent moyen pour transmettre des sur plusieurs générations. Son but est de gérer des biens immobiliers dans le cadre d’une famille, au sein du couple ou d’un projet immobilier.

    La transmission du patrimoine est le fait de développer et conserver les biens immobiliers aux héritiers via SCI société civile immobilier. Pour cela, la gestion courante demeure constante et les associés possèdent des parts proportionnelles aux parts des biens qu’ils disposent.

    La SCI est donc une solution pertinente pour optimiser la transmission de patrimoine aux héritiers.

    Succession et démembrement de la SCI

    Le démembrement de la SCIfavorise l’optimisation de la gestion d’un bien immobilier. En effet, les associés disposent des droits de propriété concernant les biens immobiliers.

    Le démembrement de la propriété est donc le fait de posséder des droits sur un bien immobilier.

    Cependant, le démembrement se divise en deux catégories bien distinctes : L’usufruit et la nue-propriété.

    L’usufruit est le droit de jouir au bien à travers les loyers perçus ou autres.  Quant à la nue-propriété, c’est le droit de posséder le bien à travers la prise de décision que ce soit de la vendre ou bien de la mettre en location.

    Donation de la part de SCI

    La donation de la part de SCIconsiste à une cession à titre détenu par un donateur. C’est un acte dans lequel la transmission du patrimoine est destinée aux héritiers. Les héritiers sont les bénéficiaires du patrimoine, apparemment ce sont souvent les enfants.

    Par ailleurs, la donation de la part de SCIprésente aussi des avantages fiscaux, tels que la simplification des formalités obligatoire lors de la transmission aux donataires. Ainsi que l’emprunt déductible des droits de donation.

    Plusieurs catégories de donataires peuvent profiter de la donation, c’est-à-dire que la donation de la part de SCI peut-être donnée au profit des enfants ou du conjoint.

    Concernant la donation aux profits des enfants, les parents peuvent opter pour la donation simple, laquelle la valeur des parts sociales de la SCI est réalisée à partir du décès de l’associé. Ou bien d’opter à la donation-partage par lequel le patrimoine est partagé par les parents associés à ses enfants héritiers.

    Pour la donation aux profits du conjoint, l’associé d’une SCI peut opter pour une méthode de donation entre époux ou bien donation entre vifs.

  • Peut on acheter un appartement en etant etudiant ?

    Profiter de son prêt étudiant pour acheter un bien immobilier

    La première question qui se pose c’est : est-ce que c’est le bon moment de s’investir lorsqu’on est encore étudiant ? Alors la réponse est : oui, mais avec certaines capacités. Que faut-il faire alors ? Suivez notre guide complet d’investissement immobilier pour étudiant, cela va sûrement vous aider en tant qu’étudiant.

    Quelle formation est nécessaire avant de s’investir ?

    Les étudiants sont des personnes qui n’entrent pas encore dans le domaine des affaires, c’est pourquoi une formation est nécessaire pour un investissement de succès. Investir étant étudiant n’est pas une mauvaise idée, pourtant dans le monde d’investissement, vous devez savoir que beaucoup d’obstacles y circulent, donc il est nécessaire de se méfier.

    Avoir une stratégie de gestion est une nécessité. L’investissement est le capital que vous utilisez pour créer un fonds alors c’est vraiment utile de s’informer. Tout étudiant doit avoir une éducation financière qui lui permet de réaliser un bénéfice. Parfois, investir certains critères, d’une part être économe et d’autre part avoir la capacité de gérer son budget.

    Mais une autre raison de se former est que l’investissement vient en général du prêt, alors étant étudiant vous êtes aussi obligé de rembourser cet argent. Vous devez mettre en tête que l’investissement effectué a plus de valeur. Il faut tout calculer dès le commencement et même prévoir les risques. En faisant un investissement qui assure votre avenir, sachez aussi que vous engagez aussi votre responsabilité.

    Quels sont les différents moyens de s’investir quand on est encore étudiants ?

    On investit afin de réaliser un grand projet à court ou à long terme, c’est la principale raison d’investissement. Et pour ce faire, il faut avoir un capital de départ, quel que soit le moyen de l’avoir, il faut un capital car sans capital, on ne peut rien faire. Alors voici trois moyens d’investir lorsqu’on est encore étudiant :

    • Premièrement, on peut investir par l’intermédiaire des aides des parents. Certains parents aident les enfants à bâtir leur avenir, et à part les études, les parents aident financièrement leurs enfants pour la réalisation d’un projet. C’est un excellent moyen d’investissement pour tout étudiant, car ici aucun risque n’est à courir.
    • Deuxièmement, on peut investir par l’intermédiaire d’un prêt. De nos jours, il y a ce que l’on appelle prêt étudiant ce qui aidera beaucoup les gens à s’investir. 

    Pourtant, il faut vraiment être sérieux, avoir un bon plan de travail et surtout être engagé et prêt à rembourser. Le projet doit être fait avec un bon plan, réalisable et qui est susceptible de nous procurer de l’argent.Troisièmement, le dernier moyen de s’investir en tant qu’étudiant est d’utiliser notre propre épargne. Si dans le cas cela n’est pas suffisant, alors l’investissement à plusieurs est à conseiller. Passer à l’investissement à plusieurs peut vous rendre indépendant et vous permet de s’investir à votre compte personnel.

  • Investissement Pinel : investir dans le neuf

    Investir dans le neuf avec la loi Pinel

    L’investissement dans l’immobilier neuf fait partie des investissements immobiliers de type classique. Ce type d’investissement apporte un rendement hautement appréciable si on utilise certaines techniques, y compris la technique de défiscalisation. En matière de défiscalisation, la loi Pinel semble la plus appliquée dans les grandes villes françaises.

    Principes du dispositif Pinel

    Le dispositif Pinel permet aux investisseurs de bénéficier d’une réduction d’impôt sur l’investissement dans l’immobilier neuf

    Les logements neufs doivent être loués non meublés. De plus, le locataire doit récolter un revenu inférieur à un plafond fixé par l’article 2 tredecies D de l’annexe 3 du code générale des impôts.

    Le logement doit être loué pour une durée de location de 6 ou 9 ou 12 ans afin de bénéficier une réduction d’impôt respective à 12 ou 18 ou 21% du montant d’investissement.

    La Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) peut profiter de la réduction d’impôt fournie par la loi Pinel. Cette réduction devrait être similaire à celle de l’investissement fait par un particulier.

    La loi Pinel est appliquée à l’investissement dans l’immobilier dans un logement collectif. En effet, les villes individuelles ne sont pas éligibles à la loi Pinel.

    Zonage de la loi Pinel

    Depuis le début de l’année 2018, seuls les logements qui se situent en zone A, Abis et B1 sont éligibles à la loi Pinel. En effet, ces zones disposent une forte tension locative, ainsi, dans ces zones, la demande de logement est supérieure à l’offre de logement.

    Bref, il y a une large zone éligible à loi Pinel dans le territoire français. Maintenant, on doit voir quelques communes idéales pour investir dans l’immobilier avec la loi Pinel.

    Paris, la capitale du pays français tient le premier rang. Cette ville dispose d’une forte tension locative. De plus, d’après le plan d’urbanisation français, l’investissement dans l’immobilier neuf à Paris est fortement encouragé. Pour cela, la loi Pinel est un dispositif de défiscalisation utilisé pour encourager les investisseurs à placer leurs investissements dans la région parisienne.

    Outre la capitale, Lille est une ville éligible à la loi Pinel. Cette ville possède le potentiel d’être le plus rentable parmi les villes éligibles à la loi Pinel. En fait, Lille propose un marché immobilier très dynamique. Depuis quelques années, la région lilloise commence à accueillir de nombreux habitants.

    Astuces sur l’investissement dans l’immobilier neuf

    Lorsqu’on veut investir dans l’immobilier neuf, il faut faire le bon choix sur l’emplacement du bâtiment. Pour obtenir le meilleur rendement et profiter des bons marchés immobiliers, il faut investir dans les grandes villes. En ce moment, on doit savoir que les grandes villes sont un peu plus saturées en matière d’infrastructure, alors, il faut agrandir la chance par le biais de tous les moyens. Après tout, la loi Pinel n’est applicable que dans un endroit à forte tension locative. 

    En outre, on doit se focaliser sur le plan touristique du milieu d’investissement. Ceci semble un point indispensable, notamment pour l’investissement locatif saisonnier. Pour profiter le bon marché immobilier pendant la période des vacances, on doit investir dans un endroit touristiquement attirant.

  • Caen : idéal pour un investissement immobilier

    Pour les investisseurs dans l’immobilier qui veulent employer leurs argents dans une commune en France, Caen est parmi les destinations importantes. Cette dernière  est une zone touristique et elle est considérée comme une ville qui apporte une grande aisance pour loger.

    Description  de Caen

    Caen est une ville située dans la région de Normandie dans le Nord de la France, cette ville chef-lieu du département Calvados. La ville de Caen possède une population d’environ 208 000 habitants.

    De plus, Caen est la sixième ville française où il fait bon vivre d’après le  classement JDD en 2019. Ainsi, l’indice « Work en live »indique que Caen est parmi le top 10 de la ville de France la plus attractive en termes d’emploi et de pouvoir d’achat immobilier.

    En outre, Caen est le premier pôle économique de l’Ouest normand, avec 187000  emplois, 38000 entreprises et 2200 chercheurs. La ville de Caen possède un port et elle est un haut-lieu touristique, 3500 étudiants venant  des quatre coins du monde y sont venus chaque année

    Investissement avec dispositif Pinel à Caen

    En fait, ce dispositif s’agit d’une défiscalisation sur l’investissement immobilier. A vrai dire, la loi Pinel est un programme qui peut réduire l’impôt jusqu’à 21% pour un montant maximal de 300 000 euros. Bon à savoir : le taux de réduction dépend de la durée d’engagement sur l’emploi de  ce dispositif.

    A Caen, le  dispositif Pinel est un pilier de l’économie. Et ce dispositif fait grimper l’économie possible  à  63 000 euros. C’est-à-dire, le dispositif  Pinel (ex dispositif Duflot) est  indispensable pour  le développement économique normand.

    Pour mieux s’intégrer à l’utilisation de cette loi Pinel, il existe quelques sites internet  qui offrent une simulation pour les nouveaux investisseurs.

    Investissement immobilier neuf à Caen

    Alors, lorsqu’on choisit d’investir dans l’immobilier neuf, il faut bien choisir une bonne localisation pour le bâtiment. En général, Caen est une petite ville fortement urbanisée. Mais ceci ne veut pas dire qu’on peut investir n’importe où à Caen.

    Pour cela, la zone la plus rentable de cette petite ville est le quartier de  Calvaire-Saint-Pierre. Là-bas, il  existe une grande Université. L’axe du quartier Calvaire-Saint-Pierre est important parce que beaucoup de gens y circulent et la plupart  d’eux cherchent des logements pour s’y installer.

    Ainsi, on peut investir dans le quartier Hastings. Ce dernier est situé au Nord-Ouest  du centre-ville de Caen. Le quartier Hastings est un endroit touristique. Il existe l’ancienne Académie d’équitation et un merveilleux Jardin des Plantes dans ce quartier. L’investissement locatif saisonnier est bon pour ce quartier.

    Investissement immobilier à travaux à Caen

    Quant à l’immobilier  à travaux, les anciens bâtiments sont souvent situés  en pleine centre-ville. Alors la localisation de l’immobilier  ne  pose aucun problème mais il faut s‘appuyer sur l’évaluation de l’état de l‘infrastructure. Alors, il faut entrer dans les moindres détails sur l’immobilier

    Sur  ce, les points principaux à examiner sont : la luminosité, le système de distribution d’eau et d’air, l’état  des peintures dans chaque pièce, le fonctionnement électrique.

    L’évaluation de l’état de l’immobilier doit être faite  pour pouvoir établir un devis de rénovation qui est important lors de la négociation du prix.

  • Réduire ses impôts de manière intelligente

    Comment l’assurance-vie permet de réduire ses impôts ?

    L’assurance vie est une manière tout à fait légale et simple pour alléger ses charges en impôts. C’est l’outil de défiscalisation par excellence ! De nombreux Français l’ont déjà adoptée, de par la souplesse qu’elle offre mais également de par sa longévité.

    L’assurance-vie est un plan d’épargne avec une durée de vie. Pendant cette période, vous n’avez pas à déclarer les versements effectués, ni payer d’impôts sur les produits et intérêts capitalisés. Durant les huit premières années, vous avez toute la liberté de profiter pleinement de votre investissement. Par la suite, vous bénéficiez d’exonération d’impôts sur votre compte. Cela concerne tous les retraits et les rachats réalisés. Après ces huit années, vous bénéficierez d’une réduction d’impôt remarquable et qui se tient sur les nombreuses années à venir.

    Pourquoi choisir l’immobilier comme outil de défiscalisation ? 

    Les particuliers sont spécifiquement ciblés dans la promotion de l’investissement immobilier. Pour les encourager, des dispositifs ont été établis afin d’offrir des avantages fiscaux dans le domaine. Pour profiter des réductions d’impôts dans l’immobilier, il suffit d’investir dans un bien et de le louer.

    Vous pouvez investir dans de l’immobilier neuf et le mettre en location. Par la suite, le dispositif Pinel vous aidera à alléger vos impôts. En effet, la réduction change selon la durée de location. Non seulement vous devenez propriétaire, vous payez également moins d’impôts. Vous allez pouvoir faire une économie d’impôt et réinvestir dans d’autres biens locatifs. C’est un mécanisme simple et sans complication.

    D’une autre part, vous avez également l’opportunité d’investir dans de l’immobilier ancien. Il suffit d’entreprendre des travaux de rénovation et mettre le bien en location. La condition est que le coût de la rénovation doit être supérieur à 25% du montant investi. En outre, les travaux doivent être effectués par une entreprise agréée. Par le biais de la loi Denormandie, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt sur le revenu. Cela signifie que les loyers perçus ne sont pas imposables.

    L’immobilier est ainsi un moyen sûr, simple et fiable pour réduire ses impôts. De nombreux dispositifs fiscaux avantageux existent pour soutenir les investisseurs. Outre le dispositif Pinel et Denormandie, le dispositif Censi-Bouvard permet de bénéficier d’une réduction d’impôt allant jusqu’à 11%. Pour en profiter, vous devez acheter un bien immobilier avec service pour les personnes âgées, étudiant ou EHPAD. Il est requis de mettre en location la résidence dans les 12 premiers mois suivant l’acquisition. Celui-ci doit être neuf ou rénové.

    Comment la rénovation d’un bien immobilier offre une réduction fiscale ? 

    Effectivement, avoir un patrimoine immobilier est bénéfique dans le cadre de défiscalisation. En tant que propriétaire, la mise en location et la réhabilitation vous permettront de payer moins d’impôts.

    Rénover votre résidence principale pour optimiser sa performance énergétique permet de tirer parti d’une réduction fiscale. Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) est un crédit d’impôt octroyé aux propriétaires qui effectuent des travaux d’isolation sur leur habitation principale. Les travaux doivent porter sur l’objectif de rendre le bien immobilier moins énergivore. Ainsi, vous améliorez votre logement tout en profitant d’une réduction fiscale.  

    Comment optimiser ses impôts sur le revenu ? 

    Déduction fiscale sur les revenus imposables

    Les contribuables ont également droit à des déductions sur la base imposable. Voici quelques options et moyens de réduire vos impôts sur le revenu, en déduisant certaines de vos obligations familiales sur la base. 

    L’hébergement d’une personne âgée permet de déduire une partie de votre base imposable. Si la personne est âgée de 75 ans minimum et qu’elle est hébergée chez vous de façon permanente, alors vous bénéficiez d’une déduction de base assez conséquente allant jusqu’à 3 592 € par an. Le montant de cette déduction est la somme des frais d’accueil que vous dépensez : nourriture, logement… Cependant, la personne accueillie ne peut pas être votre père ou votre mère, ou une personne à laquelle vous devez une obligation alimentaire. 

    D’un autre côté, dans le cas où la personne âgée est votre ascendant : parent, grand-parent, arrière grand-parent, vous avez le droit de déduire de vos revenus le montant de la pension versée. Cette somme est destinée à couvrir les besoins essentiels de la personne. Elle doit être proportionnée à votre ressource, compte tenu de vos charges. La pension peut être fournie de diverses manières : en argent, par chèque ou virement ; en payant les frais médicaux de la personne, en logeant la personne dans votre résidence principale ou dans une autre maison.

    Si vous versez une pension alimentaire, contribution aux charges du mariage, prestation compensatoire… à votre époux(se) ou ex-époux(se), vous pouvez déduire la somme sur vos revenus sous certaines conditions. Il en est de même pour la pension alimentaire versée à votre enfant, mineur ou majeur. La somme correspond à l’exécution de votre obligation alimentaire. Les versements doivent être justifiés. 

    Réduction d’impôts et crédit d’impôts pour diverses charges

    Vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt sur les frais de scolarisation de votre enfant. Comment ça fonctionne ? L’enfant doit être à votre charge s’il est mineur. Il ne doit pas être sous contrat de travail ou rémunéré pour des tâches quelconque, c’est-à-dire, il ne perçoit pas des revenus propres. S’il est majeur, l’enfant doit être rattaché à votre foyer. En outre, il doit poursuivre des études secondaires ou supérieures. La réduction change selon le niveau d’enseignement. 

    En employant une personne à votre domicile, vous pouvez profiter d’un crédit d’impôt. Ceci est valable, que vous employez directement la personne ou que vous faites appel à une agence. Les conditions d’éligibilité ne sont pas difficiles à adopter. Premièrement, votre foyer fiscal doit être en France. La personne employée travaille donc en France, dans votre résidence principale ou résidence secondaire, dans la résidence de vos parents ou grands-parents. Le crédit d’impôt peut atteindre les 50% de vos charges supportées pour cet emplacement. 

  • Réduction d’impôts, les astuces

    En France, comme dans le reste du monde, il existe différents types d’impôts. Tout citoyen est concerné. Chaque contribuable essaie tant bien que mal d’apporter sa brique à l’édifice, en l’occurrence, au bon fonctionnement de l’économie du pays. Cependant, il est difficile de ne pas constater l’impact des impôts sur le pouvoir d’achat. A un moment ou un autre, on se pose la question ultime : comment réduire ses impôts ? Heureusement, il y a une batterie de dispositifs disponibles qui permettent d’alléger nos charges en impôts, et ce, en toute légalité.

    Première astuce : se tourner vers l’immobilier

    Actuellement, l’immobilier est le moyen le plus simple et le plus bénéfique pour obtenir une réduction d’impôts. Les particuliers sont spécifiquement visés et encouragés à investir dans l’immobilier. De ce fait, détenir un logement destiné à la location permet de profiter de quelques avantages fiscaux, et ce, sur le long terme. Voici quelques lois/dispositifs importants à savoir.

    Le dispositif Pinel :

    Si vous achetez un bien immobilier et décidez de le louer, vos impôts seront réduits selon la durée de location : 6 ans, 9 ans ou 12 ans. Pour les six premières années, vous percevrez une réduction de 12%; sur les 9 premières années, 18%; et sur les 12 années, 21%. L’avantage de ce dispositif, c’est tout d’abord l’acquisition du bien. Ensuite, grâce à l’économie faite sur les impôts, vous pouvez réinvestir encore et encore. Vous pouvez donc constituer un patrimoine, tout en payant la moindre imposition. L’acquisition se fait notamment dans le neuf et dans des zones à fortes demandes locatives. 

    Le dispositif Denormandie : 

    Souvent appelé la “petite soeur” de la loi Pinel, il a été créé pour répondre à une demande similaire, mais distincte sur quelques points. Tandis que le dispositif Pinel concerne l’investissement dans de l’immobilier neuf, la loi Denormandie se tourne vers l’investissement dans l’ancien avec une forte rénovation. Cette rénovation doit représenter au moins 25% de la valeur du bien immobilier, et doit passer par des entreprises agréées. 

    Le dispositif Censi-Bouvard :

    C’est un dispositif de défiscalisation qui permet d’obtenir des réductions d’impôts en investissant dans des résidences de services neuves ou rénovées. C’est un moyen sûr, immédiat et rentable, mais non sans conditions. Premièrement, les biens immobiliers doivent se trouver dans une résidence avec services pour étudiants, séniors ou EPHAD. Deuxièmement, vous êtes tenu de le louer dans les 12 premiers mois d’acquisition. Troisièmement, la résidence doit être louée meublée. Dernièrement, son prix de revient ne doit en aucun cas dépasser les 300.000 €. Sur les 9 premières années, vous bénéficierez d’une réduction allant jusqu’à 11%. 

    Deuxième astuce : optimiser l’impôt sur les revenus

    Chaque mois d’avril ou mai, on se casse la tête à trouver des moyens pour alléger ses impositions. Aujourd’hui, la déclaration de revenu est pré-remplie et se fait inéluctablement en ligne. Si vous ne procédez à aucune modification, le fisc calcule votre impôt selon les informations renseignées précédemment. Il est donc essentiel de mettre à jour ou de faire une toute nouvelle déclaration. Pour pouvoir profiter d’une réduction, voici quelques astuces. 

    Comparaison des frais réels et de l’abattement forfaitaire de 10% sur les salaires

    Les salaires et traitements sont sujets à ce forfait. Ils ne sont imposés que sur 90%, un abattement de 10% vient réduire la base imposable. Ce 10% est destiné à couvrir les frais professionnels comme les frais de déplacement, les frais de repas, les frais de double résidence… 

    D’une autre part, le contribuable peut également déclarer ses frais réels au lieu de subir l’abattement de 10%. Cette option peut être plus avantageuse si le forfait ne couvre pas toutes les dépenses professionnelles. Toutefois, chaque frais doit être justifié.

    A vous donc de calculer, comparer et choisir si vous souhaitez subir l’abattement forfaitaire ou déclarer vos frais réels. Un calcul au préalable est nécessaire. Il est également important de bien connaître toutes les dépenses pouvant être déduites. 

    Comparaison entre Flat Tax et barème progressif pour les revenus financiers

    La Flat Tax est un prélèvement forfaitaire de 30% qui s’impose sur l’ensemble des revenus de votre patrimoine immobilier : dividendes, intérêts, plus-values… Auparavant, ces revenus étaient soumis au barème progressif. La Flat Tax se compose de 12,8% d’impôt sur le revenu et de 17,2% de prélèvements sociaux. Elle est calculée sur le montant brut de vos revenus et ne prend pas en compte vos frais financiers. 

    Il est à noter que la Flat Tax n’est pas obligatoire. Le contribuable peut également choisir le barème progressif. Cette option permet de bénéficier de quelques abattements ainsi qu’une base imposable plus faible. Elle s’avère être intéressante surtout pour les contribuables non imposables, de cette manière, ils seront uniquement soumis aux prélèvements sociaux. Le barème progressif est aussi bénéfique pour les personnes imposables se trouvant dans une tranche d’imposition élevée. 

    Pour faire le bon choix, il est important de faire des calculs en prenant en compte globalement la situation du contribuable. 

    Optimisation du taux de prélèvement à la source

    L’impôt sur le revenu est désormais prélevé directement à la source. Ce prélèvement à la source est un moyen pour le gouvernement de s’assurer de la solvabilité du contribuable et d’éviter de surprendre ce dernier. Cependant, il est toujours possible qu’il vous reste d’autres impôts à payer, par exemple, si vos revenus ont augmenté. 

    Il est tout à fait possible et légal de réduire votre taux de prélèvement à la source. Pour une défiscalisation optimale, prenez soin de connaître le taux affecté à votre situation. Il existe 3 types de taux : taux personnalisé, taux non personnalisé et taux individualisé. Ensuite, choisissez celui qui convient le mieux à vos contraintes, surtout en cas de changement de situation : baisse ou hausse de revenu. 

    Cependant, ce changement de taux exige une condition importante. Votre demande ne sera acceptée que si votre déclaration estimative de revenus converge sur une réduction d’au moins 10% du montant de prélèvement à la source. Si le seuil de 10% n’est pas atteint, la requête sera annulée. En outre, la demande de baisse de taux est à renouveler chaque début d’année.

  • Comment réduire ses impôts ? 

    Vous avez l’impression de payer trop d’impôts ? C’est le sentiment que partagent de nombreux contribuables français. En effet, la pression fiscale en France est considérée comme l’une des plus importantes au monde. Qu’il soit un contribuable imposé dans les premières tranches ou dans les tranches plus élevées, beaucoup cherchent des moyens pour réduire ses impôts. À ce propos, sachez qu’il existe des solutions pour y aboutir, et en toute légalité. Découvrez ci-dessous 9 astuces pour bénéficier d’une réduction d’impôts.

    Le Plan d’Épargne en Actions

    Le Plan d’Épargne en Actions ou PEA se trouve en tête des dispositifs permettant de diminuer les impôts. En étant un moyen pour diversifier vos placements, il permet aux résidents français d’investir sur les marchés boursiers mais vous serez exonéré sur les revenus et les plus-values réalisées durant les cinq premières années de détention du compte. Vous pourrez y verser jusqu’à plus de 100.000 euros.

    L’assurance-vie

    L’assurance-vie demeure l’un des placements préférés des Français. En plus d’une grande souplesse, elle présente en effet plusieurs atouts, notamment le fait que c’est un meilleur outil de défiscalisation si vous souhaitez payer moins d’impôts.

    Comment c’est possible ? C’est simple ! Pendant la durée de vie de votre contrat d’assurance-vie, vous ne payez pas d’impôts sur les produits et les intérêts capitalisés. Autrement dit, vous pouvez profiter pleinement de votre placement durant les huit années de détention de votre argent sur un contrat d’assurance-vie. Après cette période, vous bénéficiez d’exonération d’impôts sur tous les retraits et les rachats réalisés sur votre compte.

    À titre d’information, avec l’abattement d’impôts, vous serez exempté de la taxation des plus-values réalisées sur les contrats. Mais vous ne pourrez en profiter qu’après les huit années.

    Toutefois, veuillez noter que les quatre premières années seront taxées à 35 %, et aux alentours de 15 % pour la cinquième et jusqu’au huitième année.

    La défiscalisation immobilière

    La défiscalisation immobilière est un dispositif qui consiste à investir dans un logement, le mettre en location et bénéficier ensuite de réductions d’impôts. D’un côté, elle donne ainsi l’opportunité aux investisseurs privés de construire des logements neufs en métropole et en outre-mer. De l’autre part, elle permet de défiscaliser avec un logement ancien nu ou meublé. En effet, certaines lois comme la loi Pinel, la loi Denormandie, la loi Malraux, la loi Cosse, la loi Censi-Bouvard, ou encore la loi sur les Monuments historiques offrent autant de possibilités. Si vous êtes propriétaire d’un bien en location et que vous êtes contraint d’entreprendre certains travaux, veuillez noter que vous pouvez bénéficier d’une déduction de vos revenus jusqu’à 10 700 euros. Cela concerne par exemple le remplacement de fenêtres, le changement de système de chauffage, l’isolation, etc.

    Investir dans les fonds de placement collectif

    L’investissement dans les fonds de placement collectif pourra faire bénéficier une réduction d’impôts au contribuable. Comment ça marche ? Le dispositif concerne les Fonds communs de placement pour l’innovation (FCPI) et les Fonds d’investissement de proximité (FIP). En effet, ils sont destinés au financement du développement des sociétés qui ne sont pas cotées.

    D’un côté, en investissant dans les FCPI, vous pourrez bénéficier d’une réduction d’impôt jusqu’à 18% de vos versements. Mais il y a quand même un certain plafond qui est de l’ordre de 12 000 euros pour les personnes seules et 24 000 euros pour les couples. Cependant, ces avantages fiscaux ne sont valables que pour un placement d’au moins 5 ans. Dans le cas contraire, vous perdrez vos allègements tout en étant obligé de rembourser la réduction d’impôts déjà obtenus.

    De l’autre part, le FIP dispose des particularités insulaires qui offrent à la Corse et les territoires d’outre-mer jusqu’à 38 % d’économies d’impôt.

    Les travaux de réparation d’une résidence principale

    En étant propriétaire, réaliser des travaux dans votre résidence principale peut vous faire bénéficier d’une réduction d’impôts. Sachez que divers types de travaux sont pris en compte. On peut citer ceux qui concernent l’isolation et le système de chauffage. Ces actions impactent sur l’environnement, sur le développement durable et même jusqu’à l’économie d‘énergie.

    Le Plan d’Épargne Retraite ou PER

    Le PER est aussi une alternative de réduction d’impôts très appréciée des Français. Entré en vigueur à partir du mois d’octobre 2019, c’est un plan d’épargne mis en place afin de faciliter la gestion d’autres programmes d’épargne retraite tels que le Plan d’Épargne Retraite Populaire (PERP), le Plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) et la loi Madelin. Doté d’une fiscalité avantageuse, le PER est destiné à encourager les particuliers à opter pour une épargne retraite tout en économisant d’impôts.

    Le PERP

    Comme son nom l’indique, le Plan d’Épargne Retraite Populaire est un produit d’épargne courant destiné à tout le monde. Il permet à la fois de préparer sa retraite en espérant un revenu complémentaire, ainsi que de déduire les cotisations de son revenu imposable.

    Toutefois, le PERP n’est applicable que dans la limite de 10% des revenus professionnels perçus.

    Employez une ou plusieurs personnes chez vous

    Beaucoup ne le savent pas encore mais c’est une méthode simple et efficace pour réduire vos impôts. Eh oui ! Que vous employiez un salarié en direct ou via un organisme de services à la personne, vous bénéficierez d’un crédit d’impôt.

    Ce dispositif est accordé pour divers types de services comme les travaux ménagers, la garde d’enfant à domicile, l’assistance aux personnes âgées et handicapées, l’entretien d’une maison, les cours de soutien scolaire et cours particuliers pour adulte, ou encore les petites tâches de jardinage au dessous de 5000 euros annuelles.

    Faire un don ou le bénévolat

    Offrir un don en argent ou s’engager comme bénévole dans des organismes, fondations et associations d’utilité publique vous permet de bénéficier d’une réduction d’impôts. De même, le versement de dons ou de cotisations à des partis politiques ou à une campagne électorale vous permet également de bénéficier d’un avantage fiscal.

    D’un côté, le Code électoral français plafonne à 4 600 euros à 7 500 euros par partis politique ces financement. De l’autre part, le Code général des impôts limite à 15 000 euros/an et par foyer fiscal le montant des cotisations et dons bénéficiant de réduction d’impôts. 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com